La Commune

telechargement

Historique du peuplement et mise en place de la population

cropped-My-Collage1.jpgLokossa tire son nom de la randonnée migratoire menée par des frères chasseurs BOKO SATCHI, KOSSOU AGBON et TOTOH GNANWO partis de TOFFO vers 1724 pour fuir la pression guerrière des rois d’Abomey. Passant par la dépression médiane dite de la LAMA d’ailleurs fort giboyeuse, ils parvinrent à la hauteur d’AVEDJI où séjournaient déjà d’autres groupes de chasseurs.

Ceux-ci leur recommandèrent de remonter plus loin pour une installation éventuelle. C’est alors qu’ils identifient à environ dix (10) kilomètres d’AVEDJI, un site propice. C’était sous un Iroko (LOKOTINSA). Une inspection des lieux leur permit de dénicher une excavation du relief au fond de laquelle se trouvait de l’eau potable. Ils s’exclamèrent “LOWOUN VO” (maintenant, la paix), d’où le nom LOWOUNVO-DO donné à la dépression jouxtant le Centre hospitalier départemental CHD Mono (aujourd’hui sacré). Par déformation, LOKOTINSA est devenu Lokossa. Presque simultanément et pour les mêmes raisons (fuite des guerres de razzias des aboméens), d’autres ethnies telles que celles ayant peuplé Koudo, Adrogbo, Agamè, Aligoudo, Houin etc…, ont traversé le fleuve Couffo du côté Nord-Est, pour s’installer non loin de Lokotinsa ou Lokossa ; cette ville qui donne aujourd’hui son nom à la Commune est à la fois son chef–lieu et celui du Département, après moult péripéties que l’historique nous retrace.

Il importe en effet de rappeler que depuis 1909 déjà, le Gouverneur Général, William PONTY, avait prévu que le chef–lieu du cercle du Mono sera Lokossa en lieu et place d’Athiémé qui fut choisi le 15 décembre 1959, chef–lieu de la Région du Sud-Ouest. La raison évoquée était que le site d’Athiémé était périodiquement inondé par les crues du fleuve Mono. Il fallait donc trouver un cadre mieux approprié, et Lokossa, situé à 9 km au Nord, offrait l’avantage d’être sur un plateau relativement élevé.

Le 21 octobre 1960 les régions prirent le nom de « Département » et sont administrées par un Préfet. Toujours ce 21 octobre 1960, le Premier Ministre du Dahomey, Hubert MAGA, a confirmé par décret n° 292 / PCM / MI, que le chef–lieu du Département du Sud-Ouest (actuel Mono), était Lokossa. Mais jusqu’en août 1961, Monsieur Paul Eugène HOUNKPATIN, nommé préfet par intérim du Département du Mono en remplacement de Monsieur Jean PEYROTTE, séjournait à Athiémé, les bureaux de la préfecture dont Monsieur HOUNKPATIN a démarré les travaux, étant encore en construction à Lokossa. En 1962, précisément le 27 juin, Lokossa reçut Monsieur Christophe GBAGUIDI et son administration. Un premier changement de centre administratif venait ainsi d’être opéré.

Restait que comme Natitingou en ce temps-là, Lokossa chef-lieu de Département, dépendait administrativement encore, d’un district rural, dont le chef-lieu était Athiémé. Ce n’est que le 13 juin 1984, que le Comité Permanent du Conseil Exécutif National (Gouvernement), prit la décision de créer les districts urbains de Lokossa et de Natitingou, décision entérinée par le décret n° 84 – 288 du 16 juillet 1984. Ce second transfert de centre administratif, confère à Lokossa, le double titre de chef- lieu de Département et de chef-lieu de circonscription urbaine, actuellement Commune.

Madame Christine AHOUMENOU, institutrice de carrière, est la première à en assurer la gestion administrative, à partir de février 1985.

Situation géographique et population

La Commune de Lokossa, située au Nord – Ouest du Département du Mono, est l’une des six (06) subdivisions administratives que compte ce Département.

Limitée au Nord par la Commune de Dogbo dans le Couffo, au Sud par les Communes d’Athiémé et de Houéyogbé, à l’Est par celle de Bopa et à l’Ouest par le territoire togolais, cette commune a son chef-lieu distant de 106 km de Cotonou, capitale économique du Bénin. Son chef-lieu Lokossa est en même temps le chef-lieu du Département du Mono.

Elle couvre une superficie de 260 km 2, ce qui représente 16% de la superficie du Mono (1605km²) et 0,23% de la superficie totale du Bénin (112.622km²).La Commune est divisée en cinq (05) arrondissements que sont : Lokossa, Agamè, Koudo, Houin et Ouèdème-Adja. Ces arrondissements sont subdivisés en quinze (15) quartiers de ville et cinquante (50) villages, soit un total de soixante-cinq localités.

Le tableau démographique de la Commune de Lokossa suivant les données du quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH 4) se présente de la manière suivante.

Tableau de répartition spatiale (par arrondissements) de la population de la Commune de Lokossa

Arrondissements Population masculine Population féminine Population totale
Agamè 8 724 9 010 17 734
Houin 8 160 4 240 8 400
Koudo 8 020 8 486 16 506
Ouèdèmè-Adja 7 220 7 855 15 075
Lokossa 23 152 24 094 47 246
Total 51 276 53 685 104 961

Source: RGPH4

 

Potentialités touristiques de la Commune de Lokossa

dscn4046

Malgré le fait qu’elle ne soit pas une destination plébiscitée par les touristes, la Commune de Lokossa regorge de multiples potentialités en matière de tourisme. Elle recèle de sites tant pittoresques qu’attractifs empreints d’histoires, telles que:

  • La place de l’Indépendance autrefois dénommée ‘’ place de l’Etoile Rouge’’ qui offre au visiteur de la ville de l’Espérance, sa verdure luxuriante et un air pur ;
  • Le Musée Gnonas Pedro où on peut se faire relater l’histoire du Maestro
  • La Place Publique Kossou-Agbon située à l’entrée de la ville
  • Les vestiges de l’Iroko (Lokotinssa) indiqué par l’oracle sensé leur apporter la quiétude d’où viendra le nom Lokossa que porte actuellement la ville.et le jeune pousse d’Iroko qui a poussé après la chute du premier
  • La Cathédrale Saint Pierre Claver doté d’une architecture prestigieuse digne des lieux saints de la Métropole
  • Le site sacré de Lowunvodo
  • Le Temple des Zangbétos
  • Le Temple Dah Alofa de Toguèmè
  • L’Arbre Botin dans le village de Gbédji-Doukonta
  • Les hippopotames du lac Doukon localisé dans l’arrondissement de Lokossa recèle d’hippopotames qui sont de grands mammifères qui se ramifient en Afrique. D’où l’intérêt qu’il suscite auprès des touristes tant nationaux qu’internationaux. Outre ces mammifères , la faune et la flore de ce lac représente un champ d’observation en raison de la présence de ses différentes variétés d’oiseaux .
  • Le Lac Djetto située environ à 3 Km de la ville de Lokossa, se dresse une cuvette qui offre un paysage pittoresque entouré d’arbres . le paysage parait si attrayant et reposant que la Direction Départementale de la Culture,  de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme des Départements du Mono  et du Couffo, envisage en faire un site aménagé  avec une structure légère de restauration, une piscine et des aires de sports de mains pourraient y être envisagées.

Il est important de noté que le plan directeur d’aménagement de la ville prévoit également quelques espaces verts à aménager. C’est le cas de la zone boisée située entre le Centre Hospitalier  Départemental  (CHD)et la Place de l’Indépendance dont l’aménagement en un grand centre d’attraction (centre de récréation pour les enfants, mini Zoo, piscine municipale, etc), est en projet.

De même les zones périurbaines, les bergers du fleuve Mono du Lac Toho et les nombreuses sources artésiennes font la fierté de la Commune de Lokossa, mais malheureusement leur accès est encore difficile  fautes voies.